Nos fiches juridiques +

Quelle adresse pour auto-entrepreneur ? Comment cacher son adresse ?

Lecture en 7mn     Romain Laventure    

Comme toute entreprise française, une auto-entreprise doit disposer d’une adresse physique, administrative, juridique et fiscale. D’une manière générale, celle-ci correspond à celle du domicile personnel du microentrepreneur. Toutefois, dans un souci de confidentialité, mieux vaut se tourner vers d’autres solutions pour sa domiciliation. D’autant que les options ne manquent pas pour cacher son adresse. Les détails dans les lignes qui suivent.

Quelle adresse pour auto-entrepreneur ? Comment cacher son adresse ?

Le domicile personnel du microentrepreneur, l’option classique pour une domiciliation

Le plus souvent, un autoentrepreneur choisit son adresse personnelle pour domicilier sa structure. Cette solution de domiciliation permet en effet aux microentrepreneurs, propriétaires comme locataires de leur logement, de :

  • Se simplifier la vie quant à la gestion des tâches courantes, notamment celle de son courrier professionnel ;
  • Limiter ses dépenses (abonnement téléphonique, EDF…).

Néanmoins, pour installer son entreprise au sein de son local d’habitation, il convient de s’assurer qu’aucune disposition règlementaire/contractuelle ne l’interdit. Autrement dit, en fonction de votre situation, vous devez vérifier :

  • Les règles d’urbanisme applicables dans votre localité ;
  • Le contrat de bail d’habitation ;
  • Le règlement de copropriété.

Vous pouvez utiliser votre domicile personnel comme adresse de votre autoentreprise uniquement si aucune clause contraire ne s’y oppose. Vous devez alors fournir en guise de justificatif de domiciliation un document valable de moins de trois mois. À l’instar d’un avis d’imposition, une facture d’eau, d’EDF…

L’adresse que vous déclarez au CFE (centre de formalités des entreprises) peut également être celle d’un tiers qui vous héberge gratuitement. Dans ce cas, vous devez produire, en plus du justificatif de domicile, une attestation d’hébergement signée par votre hébergeur. Celui-ci doit être une personne majeure qui a la pleine jouissance de son bien.

Une solution de domiciliation économique et pratique, mais limitée

Malgré les avantages indéniables d’une installation à l’adresse personnelle du microentrepreneur, cette option classique n’est pas moins exempte d’inconvénients. De fait, si une clause contractuelle, législative ou règlementaire interdit la domiciliation, celle-ci se révèle toujours envisageable, mais temporaire. Ainsi, après cinq ans, vous devez changer d’adresse et procéder aux formalités que cela implique. Sans oublier que cette procédure a un coût.

D’ailleurs, implanter votre autoentreprise à votre domicile impacte sur sa crédibilité et son image de marque. En outre, votre adresse personnelle risque tout simplement d’être divulguée. Par ailleurs, vous pouvez avoir du mal à séparer votre vie privée et votre vie professionnelle. Trouver un équilibre entre les deux peut alors s’avérer particulièrement difficile.

Pour toutes ces raisons, il est préférable d’opter pour une autre solution de domiciliation. D’autant que des options moins coûteuses existent aujourd’hui.

La domiciliation commerciale, un excellent moyen de cacher son adresse

Pour bénéficier d’une adresse à la fois professionnelle et confidentielle pour sa microentreprise, la domiciliation commerciale constitue une excellente solution. Effectivement, la société domiciliataire vous propose un lieu de travail dédié à votre structure. Elle vous garantit ainsi une séparation de votre vie personnelle et votre vie professionnelle. Elle met aussi à votre disposition une adresse prestigieuse idéale pour accroître la visibilité et la crédibilité de votre entreprise.

En plus de vous permettre de cacher votre adresse personnelle, une domiciliation commerciale est accessible à un tarif très attractif. Mieux encore, en fonction de vos besoins et de votre budget, vous pouvez souscrire à des services supplémentaires. Par exemple, outre la prestation de domiciliation, Kandbaz a également développé les options suivantes :

  • Gestion et renvoi de courrier (mise à disposition, réexpédition, numérisation et envoi) ;
  • Location de bureaux et de salles de réunion entièrement équipés à Paris ;
  • Permanence téléphonique professionnelle (relation client, télémarketing, secrétariat téléphonique) ;
  • Assistance juridique ;
  • Création d’entreprise avec un expert juridique.

L’offre de domiciliation de Kandbaz destinée aux autoentrepreneurs est d’ailleurs disponible dès 19 euros par mois.

En somme, vous avez tout à gagner à vous domicilier auprès d’une société spécialisée. Cependant, vous devez vous assurer que votre structure domiciliataire se montre bel et bien agréée par la préfecture et immatriculée au RCS. Elle doit aussi vous fournir un contrat de domiciliation, une pièce justificative essentielle pour votre inscription au registre légal concerné.

Les autres solutions pour domicilier son autoentreprise

Outre la domiciliation commerciale, d’autres options se présentent également à vous pour la définition de l’adresse de votre microentreprise. Cela, tout en évitant de divulguer celle de votre domicile personnel.

Autoentrepreneur : domiciliation dans un local commercial

Si vos finances le permettent, vous pouvez parfaitement bien choisir un local commercial comme adresse pour votre microentreprise. Le plus grand avantage de cette option réside dans le fait que celle-ci vous donne aussi la possibilité d’exercer librement votre activité sur les lieux. Ce qu’une domiciliation à votre adresse personnelle ne permet pas nécessairement en raison de restrictions contractuelles, règlementaires ou législatives.

En outre, vous avez le choix entre louer et acheter le local commercial où implanter votre structure. Si le recours au bail commercial constitue alors l’option la plus adoptée par les autoentrepreneurs, l’acquisition peut se révéler plus avantageuse à bien des égards. Dans tous les cas, un justificatif de jouissance du local s’avère indispensable pour attester de votre installation sur les lieux. Éventuellement, vous devez y joindre le contrat de bail commercial.

Domicilier sa microentreprise au sein d’une pépinière d’entreprise

Lors du lancement de votre activité d’autoentrepreneur, vous pouvez tout aussi bien miser sur une pépinière d’entreprise comme adresse professionnelle. Dès lors, vous partagez les locaux avec d’autres jeunes pousses, un atout de taille pour vous créer un réseau (networking). Cette solution de domiciliation pour microentrepreneur vous promet en plus plusieurs avantages :

  • Profiter d’un accompagnement par des spécialistes ;
  • Avoir à disposition un local adapté à la taille de la structure naissante ;
  • Accéder à des équipements et des services mutualisés ;
  • Bénéficier d’un coût modéré.

Bien évidemment, cette option n’est envisageable que temporairement. En effet, lorsque la pépinière juge que vous êtes prêt à voler de vos propres ailes, elle peut mettre fin à votre contrat. Généralement, au bout de trois ans (durée maximale de la convention d’occupation précaire), vous devez déménager.

À noter que pour pouvoir intégrer cette structure d’accompagnement, vous devez passer notamment par la commission en charge de l’admission. Votre demande doit ainsi obtenir la validation du comité technique et du comité d’agrément de la pépinière.

Dernière modification le 29 octobre 2021