Nos fiches juridiques +

Les avantages de l’auto-entreprise

Lecture en 7mn     Romain Laventure    
Thèmes :  

Malgré la crise sanitaire, la France enregistre un nouveau record en matière de créations d’entreprises. En effet, selon l’INSEE, ce sont 848 200 entreprises qui ont vu le jour en 2020, soit 4 % de plus par rapport à 2019. Une hausse due essentiellement à l’immatriculation de 45 900 nouvelles micro-entreprises, soit une croissance de 9 % pour ce statut. D’ailleurs, ce n’est pas une première puisque ces dernières années, ce régime a la cote auprès des porteurs de projet. Pourquoi attire-t-il autant l’attention des entrepreneurs ? La réponse est simple : l’auto-entreprise affiche de nombreux avantages intéressants. Tout de suite les détails.

Les avantages de l’auto-entreprise

Micro-entreprise : la garantie de démarches administratives simplifiées

L’un des principaux avantages de l’auto-entreprise réside dans sa simplicité. Effectivement, le régime de la micro-entreprise promet une simplification des formalités administratives, en particulier si elles s’effectuent en ligne. Que ce soit dans le cadre d’une création, une modification ou une radiation, tout s’opère aisément. Bien évidemment, cela implique que vous devez savoir au minimum vous débrouiller seul sur internet.

Ainsi, même sans accompagnement, vous pouvez facilement déclarer votre début d’activité. Vous n’avez nullement besoin de rédiger des statuts ou de publier une annonce légale pour vous lancer. Un minimum d’investissement et quelques justificatifs (pièce d’identité, justificatif de domicile…) suffisent pour le démarrage de votre micro-entreprise. De même, les démarches pour une adjonction d’activité, un changement d’adresse ou une cessation d’activité peuvent s’effectuer avec simplicité. Mieux encore, les formalités administratives au greffe pour un auto-entrepreneur se révèlent gratuites.

Des obligations comptables limitées et allégées

Outre son formalisme allégé, l’entreprise individuelle sous le régime du micro-entrepreneur séduit également par sa comptabilité simplifiée. De fait, contrairement à une EURL ou une SASU, cette structure est soumise à des obligations comptables réduites :

  • Tenir un livre des recettes
  • Tenir un registre récapitulatif des achats

Concrètement, la première pièce comptable détaille de façon chronologique toutes les recettes encaissées par l’entreprise. Quant au second document comptable, il permet de lister les achats réalisés par l’auto-entrepreneur au titre de son activité. Il n’est obligatoire que pour ceux qui exercent une activité commerciale : vente de marchandises, d’objets divers, de fournitures, de denrées à consommer sur place et à emporter. Il en va de même pour ceux qui fournissent des prestations d’hébergement.

En plus de la tenue de ces pièces comptables, un auto-entrepreneur doit aussi respecter d’autres obligations qui n’ont rien de contraignant. Dès lors, il doit conserver l’ensemble des pièces justificatives liées à ses achats et ventes pendant 10 ans après la clôture de l’exercice. Les factures qu’il établit doivent par ailleurs se conformer à la règlementation. Pour ce qui est de l’ouverture d’un compte bancaire dédié à son activité professionnelle, elle ne s’impose qu’en cas de chiffre d’affaires supérieur à 10 000 € pendant 2 ans consécutifs.

TVA exonérée en auto-entreprise

L’exonération de TVA constitue un autre grand avantage de la micro-entreprise. En effet, les auto-entrepreneurs peuvent bénéficier du régime de franchise en base de TVA, mais uniquement s’ils ne dépassent pas les seuils définis :

  • Activités de vente et assimilées et de fournitures d’hébergement
    • Seuil de franchise : 85 800 €
    • Seuil de tolérance : 94 300 €
  • Prestations de services et professions libérales
    • Seuil de franchise : 34 400 €
    • Seuil majoré : 36 500 €

Alors, si votre chiffre d’affaires se situe en dessous du seuil de franchise, vous n’avez pas à effectuer de déclaration de TVA. De plus, comme vous n’avez pas à facturer de TVA à vos clients, vous pouvez parfaitement bien leur proposer des tarifs moins élevés par rapport à la concurrence. En outre, puisque vous ne collectez pas de TVA, la gestion de votre trésorerie se montre plus simple.

À noter que si le seuil de franchise se trouve dépassé, mais que vous n’excédez pas le seuil de tolérance, vous pouvez encore profiter de votre exonération de TVA la première année. Votre changement de régime dépend de votre chiffre d’affaires pour l’année suivante.

Option possible pour le versement fiscal libératoire

Exercer sous le statut auto-entrepreneur vous donne également la possibilité d’opter pour le versement fiscal libératoire. Réservé exclusivement aux micro-entreprises, cet avantage vous permet de régler en même temps l’impôt sur le revenu dû au titre de votre activité et vos cotisations sociales obligatoires. Le prélèvement s’opère alors directement sur le chiffre d’affaires. Selon votre choix, vous pouvez réaliser le versement et la déclaration chaque mois ou tous les 3 mois.

Quoi qu’il en soit, cette option se révèle tout particulièrement intéressante, car elle vous permet de :

  • Simplifier votre gestion de trésorerie
  • Anticiper toutes vos charges, y compris votre impôt
  • Payer moins d’impôt comparé au régime classique
  • Bénéficier d’un mode de calcul plus simple et plus clair pour la détermination du montant de votre impôt

Sachez toutefois que le versement fiscal libératoire concerne seulement les micro-entrepreneurs qui présentent un revenu fiscal de référence (année N-2) inférieur ou égal à un seuil bien défini.

Un régime micro-social très avantageux

En misant sur une auto-entreprise pour votre projet entrepreneurial, vous pouvez aussi bénéficier du régime micro-social simplifié. Ce régime vous fait bénéficier d’une méthode très simplifiée de calcul, de déclaration et de paiement des cotisations sociales.

Ainsi, vous payez vos cotisations en fonction de votre chiffre d’affaires (recette réellement encaissée). Autrement dit, si vous ne réalisez aucun CA sur une période donnée, vous n’avez à verser aucune cotisation forfaitaire ou minimale. Un avantage non négligeable au moment de votre lancement puisque cela vous permet de limiter énormément vos charges au démarrage de votre activité.

Par ailleurs, vous décidez des modalités de déclaration et de règlement de vos charges sociales. Comme mentionné plus haut, vous avez le choix entre un versement mensuel ou trimestriel.

Autres avantages de l’auto-entreprise

Devenir micro-entrepreneur, c’est également la garantie de pouvoir :

  • Exercer plusieurs activités de différente nature
  • Profiter d’une exonération partielle de cotisations sociales prévue par l’ACRE (taux réduits pendant la première année d’activité)
  • Bénéficier d’une exonération temporaire de la cotisation foncière des entreprises (CFE), un avantage applicable pour la première année d’imposition
  • Obtenir des aides de l’État (ACRE, ARE et ARCE)
  • Recruter des stagiaires

Pour conclure, vous avez beaucoup à gagner à créer une auto-entreprise. Celle-ci vous permet d’exercer en toute indépendance une petite activité à forte valeur ajoutée. Et ce, en toute simplicité et sans trop d’investissements.

Dernière modification le 14 juin 2021
Auteur

Par Romain Laventure

Diplômé d’un Master 2 en droit

En savoir plus

Créez votre entreprise avec Kandbaz

Confiez la création de votre entreprise à un expert qui s'occupe de tout. KBis en 48h chrono.

Découvrir