Nos fiches juridiques +

Comment créer son magasin d’optique ?

Lecture en 7mn     Romain Laventure    

Ouvrir son magasin d’optique après des dizaines d’années de bons et loyaux services dans un grand groupe d’optiques est un rêve pour de nombreux opticiens. Mais avant de devenir indépendant, plusieurs démarches sont nécessaires. Par ailleurs, le professionnel doit répondre à certaines conditions.

Voyons les formalités nécessaires pour créer son magasin d’optique. 

Comment créer son magasin d’optique ?

Créer son magasin d’optique : les points à ne pas oublier

Avant de créer son magasin d’optique, il est important de bien préparer son projet afin de s’assurer de sa viabilité.

Faire une étude de marché

Le marché de l’optique est très prometteur, mais extrêmement concurrentiel. En effet, de nombreux professionnels ouvrent chaque année un magasin pour répondre au besoins des consommateurs de plus en plus nombreux (vieillissement de la population, augmentation du temps passé devant les écrans, meilleur souci de la santé, etc.).

Pour se démarquer des concurrents et réaliser un chiffre d’affaires significatif, il faut bien analyser le secteur en répondant aux questions suivantes :

  • Qui sont les concurrents ? Combien sont-ils ? Que proposent-ils ? Quelles sont leurs fourchettes de prix ?
  • Qui sont les clients (sexe, tranche d’âge, etc.) ? La population dans la future zone d’installation du magasin d’optique propose-t-elle un potentiel commercial ?
  • Le marché local peut-il accueillir un nouveau magasin ?
  • Quels sont les besoins des clients ?
  • Quelle est leur fréquence d’achat ?
  • Etc.

Toutes ces informations permettent de déterminer l’emplacement idéal du magasin et de définir la meilleure stratégie commerciale.

Établir un business plan

Le business plan ou plan d’affaires d’un magasin d’optique est un document qui formalise les projections chiffrées et détaillées de développement de l’entreprise. Il est divisé en deux parties :

  • Une première partie mettant en avant les atouts du projet ;
  • Une seconde partie définissant le besoin de financement du projet et son potentiel de rentabilité.

Le business plan d’un magasin d’optique doit comporter différents éléments :

  • Les investissements en matériels et en mobiliers ;
  • Le stock ;
  • Le délai de rotation ;
  • Les loyers ;
  • La masse salariale (salaires et cotisations sociales).

Si vous souhaitez devenir franchisé, vous devez intégrer d’autres frais dans votre business plan, notamment le droit d’entrée et les redevances annuelles.

Chercher un financement

C’est la dernière étape avant de réaliser les formalités administratives de création de magasin d’optique.

Plusieurs options s’offrent à l’opticien pour financer son projet. Il peut s’agir de financement bancaire, d’aide des organismes publics, de financement participatif, etc. Dans tous les cas, le business plan joue un rôle important, car il permet de convaincre les financeurs de participer au projet.

Les formalités pour créer un magasin d’optique

Le métier d’opticien est régi par l’article L4362-1 et suivants du Code de la santé publique.

Choisir un statut juridique

Il n’y a pas de statut juridique idéal pour créer son magasin d’optique. Il est ainsi possible de choisir une société unipersonnelle (EURL ou SASU) ou une société commercial à plusieurs associés (SARL, SAS, SNC, etc.), cela dépend des objectifs du créateur. Il est également possible d’opter pour une entreprise individuelle.

Choisir un local

Le local doit être adapté à l’activité, autrement dit, il doit respecter les normes de sécurité et d’accessibilité imposées aux établissements recevant du public (ERP).

Déposer une demande d’enregistrement du diplôme

L’opticien-lunetier doit déposer son diplôme ou son autorisation sur le répertoire ADELI (un répertoire national qui recense le lieu d’exercice et le diplôme de tous les professionnels de santé en France). Pour ce faire, il doit déposer à l’Agence Régionale de Santé ou ARS un dossier composé de plusieurs pièces justificatives, à savoir :

  • L’original du diplôme ;
  • Le Cerfa n° 10906.

L’enregistrement du diplôme permet au professionnel d’obtenir un agrément de la Caisse Régionale d’Assurance Maladie. L’ARS lui envoie ensuite un certificat d’enregistrement au répertoire ADELI ainsi qu’un formulaire de demande d’attribution de la carte de professionnel de santé (CPS) si le dossier est complet et validé.

Immatriculer le magasin d’optique

La demande d’immatriculation est à déposer au centre des formalités des entreprises compétent ou au guichet du greffe du tribunal de commerce. Pour gagner du temps, il est possible de faire le dépôt en ligne. La demande doit être accompagnée de plusieurs pièces justificatives.

Après l’immatriculation de la société au registre du commerce et des sociétés, le greffier remet au créateur un extrait Kbis. Ce document atteste l’existence officielle du magasin d’optique.

S’enregistrer à la caisse primaire d’assurance maladie (CPAM)

Pour ce faire, il faut déposer un dossier comprenant :

  • L’attestation d’enregistrement au répertoire ADELI ;
  • Un relevé d’identité bancaire (RIB) ;
  • Un extrait Kbis.

Lorsque le dossier est complet et validé, la CPAM inscrit l’entreprise sur le fichier national des professions de santé ou FNPS. Ensuite, elle lui délivre une carte de professionnel de santé (CPS) ainsi que des feuilles de soins et un cachet.

Les autres formalités en cas de création de sociétés commerciales

Si le statut juridique choisi est une SARL, une EURL, une SAS, etc. d’autres formalités supplémentaires sont à prévoir :

  • Rédaction des statuts ;
  • Dépôt du capital social à la banque ;
  • Rédaction d’un avis de constitution dans un journal d’annonces légales du département du siège social de la société ;
  • Ouverture d’un compte bancaire professionnel.

Et après l’ouverture du magasin ?

Après l’ouverture du magasin d’optique, d’autres démarches attendent le professionnel :

  • Souscrire à une assurance de responsabilité civile professionnelle (RC pro) ;
  • Préparer l’ouverture du magasin : aménager les locaux, acheter les matériels et les mobiliers nécessaires, recruter des salariés, etc.
  • Réaliser des campagnes de publicité : affiches, flyers, distribution de cartes de visite, publicité en ligne, etc.
  • Se former régulièrement pour être au fait des dernières innovations dans le domaine.

Par ailleurs, il doit également se conformer à certaines règlementations :

  • Porter un badge prouvant qu’il possède le titre d’opticien-lunetier ;
  • Fournir un devis détaillé et précis aux clients qui en font la demande.

Pourquoi devenir franchisé ?

Un opticien a également la possibilité de devenir franchisé au moment de créer son magasin. Dans ce cas de figure, il fait partie d’un grand groupe et bénéficie de nombreux avantages :

  • Notoriété et image de marque de la franchise ;
  • Confiance des clients : en effet, une enseigne présente sur le marché depuis de nombreuses années est fiable
  • Accompagnement par un développeur de projet à toutes les étapes du projet, de l’établissement du business plan à la comptabilité en passant par la recherche de financement.

Toutefois, devenir franchisé implique de suivre les règles de la franchise. Le professionnel n’a donc pas son mot à dire sur la décoration du magasin. De plus, il doit s’approvisionner auprès de la centrale de référencement et l’emplacement du magasin est défini par la franchise. Ce qui laisse très peu de manœuvres. Sans oublier le droit d’entrée et les royalties à verser au groupe.

Dernière modification le 27 septembre 2022
Auteur

Par Romain Laventure

Diplômé d’un Master 2 en droit

Créez votre entreprise avec Kandbaz

Confiez la création de votre entreprise à un expert qui s'occupe de tout. KBis en 48h chrono.

Découvrir