Nos fiches juridiques +

Je ne peux plus payer mon emprunt professionnel : les solutions

Lecture en 7mn     Romain Laventure    
Thèmes

Pour assurer le développement de leur activité, les entrepreneurs contractent généralement un prêt pro auprès d’une banque. En échange de ce financement, ils doivent en principe verser des mensualités, accompagnées évidemment des intérêts, à l’établissement de crédit. Toutefois, il peut arriver qu’ils se trouvent dans l’impossibilité de payer leur emprunt professionnel. En effet, des difficultés financières importantes (dues par exemple à de graves problèmes de trésorerie) peuvent survenir au cours de la vie de l’entreprise. Dans ce cas, que faut-il faire ? Pas de panique ! Découvrez dans cet article les solutions possibles pour remédier à ce problème.

Je ne peux plus payer mon emprunt professionnel : les solutions

Le report d’échéances pour régler son crédit professionnel

Pour régler votre prêt bancaire pro, vous pouvez penser au report d’échéances. Cette opération consiste à suspendre le remboursement de votre emprunt pendant une période plus ou moins longue. Cette interruption temporaire de l’échéance peut alors être partielle ou bien complète. Elle varie notamment en fonction de la situation dans laquelle se trouve votre structure.

D’une part, le report d’échéances partiel vous permet de rembourser les intérêts et les assurances du crédit, sans le capital. Et ce, durant une période bien définie. Les banques le proposent le plus souvent en raison des dépenses moins onéreuses qu’il entraîne.

D’autre part, dans le cadre d’un report total, vous vous acquittez seulement de l’assurance du prêt. Le règlement du capital et des intérêts fait l’objet d’une suspension pendant la durée de l’opération. D’ailleurs, pour des raisons économiques, il faut éviter de la réaliser durant la période de remboursement de l’emprunt.

Quoi qu’il en soit, contrairement au différé de remboursement, le report d’échéances dépend des organismes de financement. De plus, il a uniquement lieu sur une période allant de 1 à 12 mois. Par ailleurs, cette suspension de paiement implique tout simplement l’envoi d’un courrier à la banque concernée. Cela, un ou deux mois avant la date souhaitée du report.

À noter que cette option est seulement à utiliser en dernier recours pour subvenir aux besoins réels de l’entreprise. Il convient aussi de faire preuve de prudence lorsque vous l’employez, car le report d’échéances peut constituer un poids sur vos finances. Néanmoins, pour limiter les coûts de cette opération, il vaut mieux effectuer celle-ci à la fin du contrat de crédit.

L’escompte, une des solutions envisageables pour rembourser son prêt pro

Vous pouvez également envisager l’escompte bancaire si vous ne parvenez pas à payer votre emprunt professionnel. Effectivement, il vous permet d’obtenir le paiement immédiat d’un effet de commerce sans pour autant attendre sa date d’échéance. De cette manière, vous disposez des fonds nécessaires au remboursement de votre crédit. En revanche, pour pouvoir profiter de cette option, vous devez prendre en compte votre activité et les créances commerciales de votre structure.

Alors, concrètement, comment fonctionne ce type d’escompte ? Eh bien, il s’agit d’un mode de financement à court terme qui vous permet de céder votre dette professionnelle à une banque. Cette dernière vous offre par la suite une avance de trésorerie du montant de la créance, déduction faite des frais liés à l’opération (frais de dossier, intérêts et autres commissions). Elle s’occupe de son recouvrement auprès de votre client à l’échéance. D’ailleurs, pour se prémunir des éventuels impayés, elle a tout à fait la possibilité de vous demander des garanties complémentaires.

Bon à savoir

Selon l’analyse du risque, l’établissement bancaire a toute liberté pour accepter ou refuser les effets de commerce (lettres de change, billets à ordre…) que vous désirez escompter.

Le prêt de trésorerie hypothécaire (PTH)

Ce type de crédit peut aussi vous aider à rembourser une dette professionnelle que vous n’arrivez pas à régler. Pour en bénéficier, vous devez dès lors offrir une garantie hypothécaire à l’organisme de financement. Dans cette optique, il s’agit de fournir en caution un bien immobilier de valeur qui fait partie de votre patrimoine personnel. Justement, il convient de savoir que seuls les entrepreneurs qui exercent en profession libérale et les associés dirigeants de société peuvent contracter un PTH.

Il va sans dire que pour obtenir cet emprunt, plusieurs conditions sont à remplir. Ces critères diffèrent alors d’une banque à l’autre. Dans tous les cas, vous pouvez compter sur un crédit pro particulièrement souple. De fait, celui-ci n’implique aucune assurance emprunteur obligatoire, aucun apport personnel et aucune ouverture de compte.

Le rachat de crédits pro

Le regroupement de crédits peut également intervenir dans le cadre professionnel. Privilégiez surtout cette solution si vous devez payer plusieurs emprunts en même temps. Vous pouvez d’ailleurs y prétendre si vous figurez parmi les profils suivants :

  • Microentrepreneurs ;
  • Professions libérales ;
  • Artisans et commerçants ;
  • Gérants de société (SA, SARL…).

Le rachat de crédits professionnels vous simplifie énormément la vie. En effet, en regroupant vos différents emprunts, vous réglez une seule mensualité avec un intérêt à taux unique et fixe. De plus, vous n’avez affaire qu’à un unique interlocuteur.

À noter que pour négocier les meilleures conditions pour votre regroupement de crédits, vous avez tout intérêt à vous faire aider par un courtier ou un organisme de courtage spécialisé.

Les autres solutions pour payer son emprunt professionnel

D’un côté, vous avez parfaitement bien la possibilité de demander le réaménagement de votre prêt pro à la banque qui l’a octroyé. La modification des conditions de votre contrat peut alors se matérialiser de deux façons :

  • La diminution du coût global du crédit grâce à la renégociation du taux ;
  • La baisse du montant des mensualités en allongeant la durée de l’emprunt.

En tout cas, sachez que cette deuxième option donne lieu à une augmentation du coût global du prêt.

D’un autre côté, rien ne vous empêche de faire racheter le crédit de votre entreprise par un établissement bancaire concurrent. Bien entendu, votre nouvel organisme prêteur doit dans ce cas vous proposer des conditions plus avantageuses. Il peut par exemple vous faire bénéficier d’un taux significativement bas.

Maintenant, vous avez toutes les cartes en main pour régler votre emprunt professionnel. Il vous reste à choisir la solution la plus adaptée à votre situation et qui vous sera plus bénéfique.

Dernière modification le 13 juin 2022
Auteur

Par Romain Laventure

Secrétaire Général de Kandbaz, en charge du pôle juridique, Administrateur du Synaphe (syndicat professionnel de l’hébergement d’entreprise)