Nos fiches métiers +

VTC ou taxi : comment choisir ?

Lecture en 7mn     Romain Laventure    

Le véhicule de transport avec chauffeur (VTC) et le taxi sont des voitures privées dédiées au transport des personnes. Leurs chauffeurs prennent en charge le déplacement d’un client de son lieu de départ jusqu’à sa destination. Ainsi, ils offrent aux passagers des conditions de mobilité sûres, rapides et confortables. Et même si les deux métiers semblent similaires, leurs fonctionnements sont relativement différents. Découvrons cela ensemble dans ce guide complet.

VTC ou taxi : comment choisir ?

VTC ou taxi : comment choisir ?

Le véhicule de transport avec chauffeur (VTC) et le taxi sont des voitures privées dédiées au transport des personnes. Leurs chauffeurs prennent en charge le déplacement d’un client de son lieu de départ jusqu’à sa destination.

Ainsi, ils offrent aux passagers des conditions de mobilité sûres, rapides et confortables. Et même si les deux métiers semblent similaires, leurs fonctionnements sont relativement différents. Découvrons cela ensemble dans ce guide complet !

VTC et taxi : les points communs

Qu’il s’agisse d’un VTC ou d’un taxi, le chauffeur doit être formé et qualifié. En effet, l’exercice de ce métier nécessite tout un ensemble de prérequis professionnels et de qualités.

Les prérequis professionnels du chauffeur

Pour des raisons de sécurité, le conducteur est obligé de disposer :

  • D’un permis de conduire de catégorie B valide ( daté de 3 ans au moins ) ;
  • D’un casier judiciaire vierge (volet B2) ;
  • D’une assurance en responsabilité civile professionnelle qui couvre le chauffeur en cas d’accident ( notamment, les préjudices provoqués à un tiers dans le cadre de son activité) ;
  • Et d’un certificat médical d’aptitude physique à la conduite établi par un médecin agréé.

Les qualités et soft skills du chauffeur

Le profil du chauffeur se caractérise par les qualités et soft skills suivants :

  • Patience ;
  • Calme (notamment en cas de trafic dense) ;
  • Courtoisie ;
  • Disponibilité ;
  • Bonne condition physique.

 VTC VS taxi : les différences

Taxi : circulation et tarifs

Les chauffeurs de taxi bénéficient d’une grande liberté de circulation. Ils peuvent emprunter les voies de bus et se garer sur tous les lieux de stationnement autorisés. De plus, des places de parking leur sont réservées à proximité des gares, des centres d’affaires et des aéroports. Cela facilite grandement leurs déplacements et la satisfaction de leurs clients.

Par ailleurs, le tarif d’une course en taxi est réglementé et fixé par la Préfecture, chaque année.

Il varie en fonction des éléments suivants :

  1. La prise en charge du client (montant indiqué au démarrage du taximètre) ;
  2. La distance parcourue (en kilomètres) ;
  3. La durée de réservation.

Éventuellement, le taxi peut facturer en plus des frais :

  • De réservation quand le client commande le taxi à l’avance au lieu de le héler ;
  • Couvrant le transport de bagages volumineux ;
  • Relatifs au nombre de passagers ;
  • Pour un aller simple (et retour à vide) ;
  • Liés à des horaires spécifiques (nuit, jours fériés).

VTC : circulation et tarifs

La circulation des VTC obéit à plusieurs contraintes, contrairement aux taxis. Les chauffeurs VTC ne bénéficient d’aucune dérogation leur permettant de rouler sur les voies de bus. Tous leurs déplacements professionnels sont limités aux  courses commandées par leurs clients.

À l’opposé des taxis qui peuvent circuler en maraude pour chercher des clients. Par conséquent, le nombre de lieux où les VTC peuvent stationner est très réduit. Ils se rangent pour prendre leur passager au point de départ du trajet et le déposer au point d’arrivée.  En revanche, une heure d’arrêt leur est accordée en attendant leur client qui débarque d’un aéroport ou une gare.

Une fois sa course effectuée, le VTC est obligé de regagner son lieu de domiciliation. Cependant, il peut sortir du trafic routier et se garer dans un garage ou un parking.

VTC : comment se déroule la réservation ?

Le client qui réserve un trajet en VTC choisit l’heure et le lieu du rendez-vous avec le chauffeur. De même, il connaît le prix de la course qu’il a commandée à l’avance. Il faut savoir que les tarifs des VTC ne sont pas réglementés. Ils varient en fonction des prestations proposées. Une clientèle haut de gamme exige, généralement, un service de qualité à bord d’une voiture de grand standing.

Pour un parcours long, le client pourrait souhaiter des boissons, une connexion Wi-Fi, ou des magazines. En outre, les services proposés à bord du VTC dépendent également de la plateforme utilisée par le client.

Comment devenir chauffeur de taxi ?

Pour devenir Chauffeur de taxi, il est impératif d’avoir une carte professionnelle. Ce qui implique les formalités suivantes :

  1. Obtenir le CCPCT moyennant 195 € environ ( l’examen du Certificat de Capacité professionnelle de Chauffeur de Taxi se passe dans les Chambres de Métiers et de l’Artisanat CMA) ;
  2. Réussir un deuxième examen si vous souhaitez étendre votre zone d’activité ( au-delà de votre département) ;
  3. Obtenir en plus une carte de mobilité, de la préfecture pour dépasser votre département (à renouveler tous les 5 ans) ;
  4. Disposer d’une ADS (licence d’Autorisation de Stationnement renouvelable tous les 5 ans).

Cette licence s’obtient de manière gratuite auprès des mairies ( ou de la préfecture si vous exercez à Paris ). Généralement, les délais d’obtention sont longs après votre demande. Une autre solution consiste à acheter la licence d’un professionnel qui cède la sienne. Mais, cette démarche est coûteuse (comptez entre 30 000 € et 300 000 € en fonction des départements). La location d’une licence ADS à une entreprise spécialisée est possible (la redevance mensuelle vaut  3 500 € environ).

À noter que le chauffeur de taxi doit justifier d’un brevet de secourisme. Son PSC1 doit être daté de 2 ans au plus avant la création de l’activité.

Comment devenir chauffeur de VTC ?

Avant de se lancer dans l’activité, le futur chauffeur VTC doit être titulaire d’une carte professionnelle. C’est une licence qui s’obtient de deux manières :

  1. Réussir un examen VTC organisé par une CMA : Chambre des Métiers et de l’Artisanat (les frais d’examen coûtent 200 € environ et une préparation à distance est proposée aux candidats) ;
  2. Déposer une demande d’équivalence et justifier d’une expérience significative dans le transport de personnes.

Cette licence est à renouveler tous les 5 ans, à votre demande. En outre, vous devez vous inscrire au registre national des exploitants de VTC, une fois tous les 5 ans, ce qui coûte 170 € environ, avec une formation en VTC proposée.

Quel véhicule choisir pour devenir chauffeur de taxi ?

Les  véhicules servant de taxi doivent comporter les éléments suivants :

  • La signalétique « TAXI » sur le toit du véhicule ;
  • Une plaque apparente indiquant votre numéro de licence (avec le ou les départements dans lesquels vous exercez votre activité) ;
  • Un taximètre (le compteur est muni d’une imprimante éditant des factures) ;
  • Un lecteur de carte bleue (pour encaisser les clients) ;
  • 9 sièges maximum.

Quel véhicule choisir pour devenir chauffeur VTC ?

La voiture utilisée comme VTC est généralement de haut standing. Et en plus de fournir une qualité de confort optimale, le VTC doit respecter les critères suivants :

  • Afficher une vignette sur les vitres avant et arrière du véhicule (avec le numéro d’inscription de l’entreprise au registre des VTC et le numéro d’immatriculation de la voiture) ;
  • Mesurer 4,5 m de longueur et 1,7 m de largeur au minimum ;
  • Disposer de 4 portières au moins ;
  • Développer 84 kW de puissance moteur au minimum (en puissance nette) ;
  • Ne pas dépasser l’âge de 6 ans ;
  • Contenir entre 4 et 9 places assises.

Chauffeur indépendant VTC ou taxi : quel statut choisir ?

Que vous soyez chauffeur de taxi ou de VTC,  votre entreprise doit obtenir l’un des statuts juridiques suivants :

  • Une entreprise individuelle qui présente l’avantage de formalités simplifiées pour sa création et pour sa gestion ;
  • Une microentreprise (chiffre d’affaires plafonné à 72 600 € par an) ;
  • Une entreprise individuelle à responsabilité limitée (ce statut préserve votre patrimoine personnel) ;
  • Une société par actions simplifiée unipersonnelle SASU (cela permet au dirigeant de protéger son patrimoine et de limiter sa responsabilité à ses seuls apports) ;
  • Une entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée EURL (présente le même avantage que la SASU, mais son fonctionnement est plus encadré par la loi).

Taxi ou VTC : le mot de la fin !

Quel que soit votre choix, vous devez procéder à la domiciliation de votre entreprise. C’est une condition incontournable pour devenir chauffeur de taxi ou de VTC. Kandbaz peut vous aider !

Parmi nos clients, beaucoup de VTC bénéficient d’adresses prestigieuses comme les Champs-Élysées, par exemple. Les chauffeurs indépendants gagnent ainsi en crédibilité et en notoriété. De surcroît, ils se déchargent complètement des tâches complexes pour se concentrer sur leur travail.

À votre tour, n’hésitez pas à vous rapprocher de Kandbaz pour lancer votre affaire en toute sérénité.

 

Dernière modification le 9 mai 2022
Auteur

Par Romain Laventure

Diplômé d’un Master 2 en droit

Domiciliez votre entreprise avec Kandbaz

Profitez du + large choix d'adresses de domiciliation à Paris et partout en France dès 19€

Devis gratuit