Nos fiches juridiques +

Chef d’entreprise : l’importance du plan de trésorerie

Lecture en 7mn     Romain Laventure    
Thèmes

Le plan de trésorerie est un document prévisionnel qui anticipe les encaissements et décaissements de l’entreprise sur une base mensuelle. Il est établi au moment de la création et se base sur des hypothèses sur les chiffres clés du secteur d’activités.

Grâce au plan de trésorerie, le créateur sait si l’entreprise aura assez d’argent pour se développer. Il rassurera également les éventuels partenaires financiers sur les futures performances de l’entreprise. 

Chef d’entreprise : l’importance du plan de trésorerie

Plan de trésorerie : kézako ?

Dans les détails, le plan de trésorerie est un document financier qui fait partie des principaux tableaux du business plan. Il identifie les entrées (apports en capital, apports en compte courant d’associés, ventes, etc.) et sorties d’argent (paiements des fournisseurs, salaires, loyers, achats de matériels et de stocks, etc.) d’une entreprise, mois par mois, au cours de sa première année d’existence. Chaque opération est enregistrée dans le mois où il est effectif.

Le plan de trésorerie est établi sous forme de tableau. Tous les fins du mois, il doit sortir un solde de trésorerie positif. Autrement, l’avenir de la société risque d’être corrompu.

À quoi sert le plan de trésorerie ?

Le plan de trésorerie a plusieurs utilités pour le chef d’entreprise.

En premier lieu, il lui permet de suivre l’équilibre financier mensuel de l’entreprise d’évaluer la capacité financière de l’entreprise à assurer son développement sur le court et moyen terme. Ensuite, il permet également de savoir si les encaissements permettront de faire face aux décaissements ainsi qu’aux périodes creuses dans le cas d’une activité saisonnière.

Par ailleurs, l’établissement d’un plan de trésorerie est important lors de la réalisation du bilan prévisionnel dans la mesure où il permet de :

  • savoir si l’entreprise peut faire face aux dépenses et dégager de la trésorerie au vu des prévisions établies.
  • connaître les besoins de financement de l’entreprise.

Véritable outil de gestion de l’entreprise, le plan de trésorerie permet de connaître la viabilité du projet.

Pour être efficace, le plan de trésorerie doit être précis et réaliste.

De quoi est composé le plan de trésorerie ?

Le tableau est compos de deux types de flux :

  • les encaissements ;
  • et les décaissements.

Les encaissements

Ils constituent les ressources financières de l’entreprise, autrement dit :

  • les apports en capital : capital de départ et les différentes augmentations en cours de vie sociale ;
  • les apports en compte courant ;
  • le chiffre d’affaires prévisionnel en TTC : ventre de marchandises, prestations de services, etc.
  • les produits financiers : la facilité de caisse, le découvert bancaire, l’escompte, etc.
  • les subventions et les emprunts bancaires ;
  • les remboursements de crédits de TVA (si la TVA déductible est supérieure à la TVA collectée) ;
  • les cessions de créances professionnelles ;
  • les produits de cession des immobilisations ;
  • et les crédits d’impôt.

À noter que pour évaluer le chiffre d’affaires prévisionnel, une descente sur terrain doit être réalisée par l’équipe commerciale.

Les décaissements

Ce sont toutes les dépenses auxquelles l’entreprise doit faire face/il s’agit de :

  • les achats en TTC ;
  • les investissements ;
  • les charges financières ;
  • les frais généraux en TTC : les loyers, les factures d’eau et d’électricité, les dépenses de transport, les assurances, les publicités, les honoraires des professionnels, etc.
  • les frais financiers : frais bancaires, mensualités, intérêts, etc.
  • les salaires du personnel ;
  • les impôts et taxes : IS ou IR, CFE, CVAE, TVA, etc.
  • les dividendes ;
  • les réductions de capital et les reprises d’apports en compte courant.

En principe, toutes ces informations se trouvent dans le compte de résultat.

Comment l’établir ?

Comme on l’a dit, le plan de trésorerie doit être précis. À ce titre, il doit enregistrer toutes les entrées et sorties d’argent. Si l’en, treprise est assujettie à la TVA, celle-ci doit être comptabilisée.

Pour établir le plan de trésorerie, plusieurs étapes sont nécessaires :

  • Tracer un tableau avec autant de colonnes que de nombre de mois.
  • Intégrer l’ensemble des recettes et des charges prévisionnelles ;
  • Déterminer le solde pour chaque mois (différence entre encaissements et décaissements de chaque mois) et le solde cumulé. Ce dernier se calcule en additionnant le solde du mois avec celui du mois à venir.

Attention, les encaissements et les décaissements doivent être comptabilisés dans le mois où l’opération est effectivement réalisée. Ceci, afin d’éviter les trous de trésorerie. Ainsi, si une vente réalisée en janvier est payée en février, l’opération doit être enregistrée dans les ventes de février.

Il ne faut pas oublier que tous les chiffres du plan de trésorerie sont des prévisions. Pour être au plus près de la réalité, il est important de se créer une marge de manœuvre. Par exemple, en ajoutant 5 % à toutes les charges prévisionnelles.

En outre, dépendamment de l’activité de l’entreprise, les prévisions doivent tenir compte des éventuelles baisses de chiffres d’affaires, par exemple pendant les basses saisons. Dans ce cas, il peut être intéressant d’établir le plan de trésorerie sur 10 mois. Pou les 2 mois restants, le chiffre d’affaires réalisé pourra être considéré comme un bonus.

Bons à savoir :

Toutes les sommes enregistrées dans le plan de trésorerie doivent être TTC., car elles doivent correspondre aux montants réellement encaissés ou décaissés.

Les dotations aux amortissements ainsi que les provisions ne sont pas comptabilisées dans le plan de trésorerie puisqu’elles ne sont pas des charges décaissables.

Comment faire si le solde du plan de trésorerie est négatif ?

Si le plan de trésorerie fait apparaître sur un mois un solde négatif, le chef d’entreprise doit trouver des solutions avant le démarrage des activités. Cela évite de commencer les premiers mois avec une crise de trésorerie.

Plusieurs solutions sont envisageables pour réajuster les hypothèses retenues si l’objectif n’est pas atteint.

  • Revoir la fréquence de paiement des charges.
  • Renégocier le délai de paiement des fournisseurs ou le prix d’achat.
  • Réévaluer le prix de vente.
  • Raccourcir les délais de paiement des clients ou demander des acomptes.
  • Revoir la politique d’investissement.
  • Revoir les sources de financement.

Le plan de trésorerie doit être suivi quotidiennement et mis à jour régulièrement afin que le chef d’entreprise puisse garder un œil sur sa situation financière.

Dernière modification le 18 mai 2022
Auteur

Par Romain Laventure

Diplômé d’un Master 2 en droit

Créez votre entreprise avec Kandbaz

Confiez la création de votre entreprise à un expert qui s'occupe de tout. KBis en 48h chrono.

Découvrir