Nos fiches juridiques +

Acheter du matériel informatique pour mon entreprise : emprunt ou leasing

Lecture en 7mn     Romain Laventure    
Thèmes

Dans le but de créer ou de développer son entreprise, l’achat de nouveau matériel reste une étape essentielle. Et ce, afin de continuer ses activités dans les meilleures conditions possible. Et de nos jours, avec l’évolution technologique, l’équipement informatique se révèle indispensable. PC, tablettes, imprimantes, photocopieurs ou serveurs, leur achat nécessite une importante somme alors que la plupart des sociétés n’en disposent pas immédiatement. Cependant, plusieurs solutions existent pour financer cette acquisition. Parmi elles, retrouvez l’emprunt et le leasing. Découvrons donc dans cet article le meilleur choix adapté pour équiper sa structure.

Acheter du matériel informatique pour mon entreprise : emprunt ou leasing

L’emprunt bancaire ou le prêt professionnel

La forme de financement la plus connue constitue bien évidemment le crédit bancaire. Celui-ci reste d’ailleurs la solution la plus prisée par les entrepreneurs. Son principe est simple : la banque s’engage à donner une certaine somme remboursable sur une durée déterminée à l’entreprise. Il présente plusieurs avantages :

  • Les fonds propres de la structure ne sont pas engagés immédiatement. Ainsi, l’impact sur la trésorerie s’avère moindre au moment de l’achat du matériel informatique renégociable.
  • Le prêt peut faire l’objet de modification suivant la conjoncture économique, la variation des flux de trésorerie, l’acquisition ou la cession des actifs de la société.
  • Les intérêts à payer lors du remboursement se voient déduits de l’impôt sur les bénéfices.
  • Sa mise en œuvre reste rapide. En effet, la réponse d’obtention d’un emprunt bancaire peut se faire en quelques jours une fois votre dossier étudié et validé.

Le leasing ou le crédit-bail

Le leasing consiste à louer (avec ou sans option d’achat) du matériel professionnel neuf auprès d’une enseigne pratiquant du crédit-bail. Ces équipements sont amortissables grâce à l’existence de plusieurs alternatives à la fin du contrat (qui dure généralement de 3 à 7 ans) :

  • Prolonger le contrat de location ;
  • Restituer le bien et mettre fin au contrat ;
  • Lever l’option d’achat pour devenir le propriétaire du bien.

Ce financement repose sur une relation tripartite entre le client, le revendeur et un établissement financier (nommé parfois crédit-bailleur ou société de leasing). Il est de plus en plus prisé compte tenu de ses nombreux atouts :

  • Il est possible de s’engager dans l’achat de matériels couteux sans apport. C’est l’option idéale pour les petites entreprises ou les structures en phase de développement qui possèdent un budget limité.
  • La capacité d’emprunt de la société qui recourt au crédit-bail se trouve préservée. Ainsi, sa trésorerie se révèle très peu affectée. En fait, le bien loué n’est pas comptabilisé dans le patrimoine de l’entreprise et n’est pas amorti.
  • Les loyers demeurent déductibles des résultats imposables. Si l’entreprise se trouve assujettie à la TVA, elle peut la récupérer.
  • La maintenance du matériel loué est proposée par certains établissements de leasing, ce qui permet aux sociétés de réaliser des économies.

La meilleure option selon votre situation

Avant de choisir une solution pour acquérir son matériel informatique, le mieux est de voir si elle correspond à votre situation financière et à votre possibilité de remboursement. Une entreprise nouvellement créée ou en difficulté financière ne montre pas assez de garanties par rapport à une société déjà en activité depuis plusieurs années.

Pour les entreprises récemment créées et entreprises individuelles

Pour les entreprises qui disposent de peu de fonds pour acheter du matériel informatique, dont les nouvelles entreprises ou les structures individuelles, il est judicieux d’opter pour le leasing. Quelques précautions sont alors à prendre. Concrètement, il faut bien vérifier que le nombre de mensualités n’excède pas le prix réel du matériel informatique (ce qui peut rendre l’opération onéreuse). Il vaut mieux donc choisir une location sans option d’achat ou un leasing opérationnel. De fait, cette solution couvre déjà les coûts de réparation ou de remplacement, de maintenance et d’assistance.

Obtenir un crédit professionnel avec un établissement financier reste une tâche difficile pour un jeune entrepreneur. Cela implique effectivement un travail de longue haleine puisqu’il convient de convaincre la banque. Il faut savoir que cette dernière s’expose à un risque de non-remboursement ou l’inexistence de garanties de la part de l’entrepreneur vu sa précarité financière.

En tout cas, pour une société en quête de stabilité financière, les intérêts bancaires constituent des frais fixes supplémentaires sur le long terme. Cela pourrait entraîner une mauvaise gestion des finances de l’entreprise. Il importe aussi d’avoir un œil sur le prix de l’assurance imposée par l’établissement de leasing. Le crédit-bailleur peut également augmenter vos frais de financement.

Pour les sociétés qui disposent de fonds propres suffisants

Dans le cas d’une entreprise individuelle qui détient des fonds propres conséquents ou d’une société composée de plusieurs actionnaires, il reste possible de recourir à un crédit bancaire. Le cautionnement constitue alors la principale garantie de la banque en cas de non-remboursement du prêt. D’ailleurs, même si le passif du bilan affiche une somme importante, l’amortissement du matériel informatique permet d’abaisser le résultat de l’entreprise sur le long terme. Il convient ainsi de bien veiller à respecter le délai de remboursement de l’emprunt. De fait, les retards constituent des raisons de saisine. Quoi qu’il en soit, la société qui demande le financement doit payer à la fois le taux d’intérêt du prêt et la somme empruntée.

Les alternatives à l’emprunt et au crédit-bail

Le crédit bancaire avec garantie de prêt France Num

Face au manque de capacité d’investissement des TPE et PME, la Direction générale des entreprises propose la garantie de prêt France Num. Celle-ci aide à faciliter le financement des projets de transformation numérique des structures de moins de 50 salariés et actives depuis au moins 3 ans. En fait, ce prêt est accordé lorsque le montant dédié à l’achat de matériel informatique n’excède pas les 40 % du coût total de votre projet. Avec un montant de garantie de seulement 0,70 % du montant du prêt, le crédit France Num se montre comme un vrai plus pour les jeunes entreprises désirant acheter du matériel informatique.

Les aides financières octroyées par l’État

La Chambre des Métiers et de l’Artisanat (CMA), à travers le site Aides-entreprises.fr, recense les aides publiques à destination des PME et TPE afin de faciliter la création et le financement des projets. Une base de données unique est mise à la disposition des chefs d’entreprise et des porteurs de projet sur les aides financières de toutes sortes. Crédible grâce aux partenariats, cet apport est validé par les financeurs.

Dernière modification le 13 juin 2022
Auteur

Par Romain Laventure

Secrétaire Général de Kandbaz, en charge du pôle juridique, Administrateur du Synaphe (syndicat professionnel de l’hébergement d’entreprise)

En savoir plus

Créez votre entreprise avec Kandbaz

Confiez la création de votre entreprise à un expert qui s'occupe de tout. KBis en 48h chrono.

Découvrir