Nos fiches juridiques

Comment créer une start-up

...Satisfaction client 9.4/10

Temps de lecture : 7mn

Catégorie : création d'entreprise

Difficulté : Avancé

Motivés par la soif d’indépendance, la volonté de s’affranchir des codes du travail traditionnel et le goût du défi, les jeunes entrepreneurs se lancent de plus en plus dans la création de start-up. Il convient toutefois de lancer un projet innovant pour se démarquer face à la concurrence. Focus sur les informations et les repères […]

Comment créer une start-up

Motivés par la soif d’indépendance, la volonté de s’affranchir des codes du travail traditionnel et le goût du défi, les jeunes entrepreneurs se lancent de plus en plus dans la création de start-up. Il convient toutefois de lancer un projet innovant pour se démarquer face à la concurrence. Focus sur les informations et les repères à connaitre pour monter correctement votre business.

Zoom sur les modalités de création d’une start-up

Une start-up est une jeune entreprise ayant un fort potentiel de croissance. Elle arrive généralement sur le marché avec des perspectives de développement, mais aussi de rentabilité. Cette organisation temporaire ne possède pas encore de cible ni de produits parfaitement définis. Cependant, elle doit avoir une bonne capacité d’adaptation et être flexible.

Financer rapidement et de manière exponentielle le développement d’une start-up nécessite un investissement important. En outre, cette jeune pousse ne possède pas de business model fixe, car elle évolue sur un marché instable ou en cours de création. L’état de start-up étant temporaire, elle échouera si elle ne trouve pas son modèle économique. Inversement, elle se développera, puis deviendra « une entreprise » au sens conventionnel si elle trouve un business model pérenne.

L’étude de marché

Procéder à une étude de marché permet de s’assurer la pertinence d’une idée. Cette étape fondamentale comprend une analyse du marché, une étude de la concurrence ainsi que du potentiel du projet par rapport à la demande. Elle inclut une analyse des tendances ainsi que des modes du secteur d’activité. L’identification des partenaires potentiels tout comme l’analyse des technologies et des aspects règlementaires sont également de mise. Ces étapes permettent à la start-up d’identifier son public cible, mais aussi ses clients types.

L’idée de business

Le succès et la pérennité d’une entreprise se mesurent à l’idée de projet, à la stratégie de création ainsi qu’aux investissements. Pour bien commencer, il est en outre nécessaire de définir le statut de société adapté au projet de la start-up. N’hésitez pas à vous tourner vers KANDBAZ pour bénéficier d’un accompagnement sur mesure à toutes les étapes de la création de votre start-up.

  • Trouver une idée nouvelle

Une start-up répond à un besoin inexistant ou émergeant. Via une étude de marché, elle doit trouver un secteur non exploité, un besoin ou chercher les tendances du moment. Si l’idée est bonne, le créateur pourra évaluer le potentiel de son projet. À défaut de trouver une idée novatrice, il peut copier une idée de projet existant qui en est à ses débuts et miser sur son amélioration. La mise en œuvre en se reposant sur les compétences d’une équipe motivée, des financements suffisants et une bonne gestion du workflow est particulièrement importante.

  • S’inspirer d’une idée existante

S’inspirer d’une idée entre dans le cadre de la libre concurrence nécessaire pour que l’économie de marché fonctionne normalement. Cependant, le débauchage et le parasitage économique tiennent de la concurrence déloyale et sont proscrits. La vigilance est également de mise concernant la contrefaçon pour exploiter ou utiliser sans autorisation un brevet, une marque, des droits d’auteur, des modèles ou des dessins.

Le business plan

Un startupper doit établir un business plan afin de matérialiser, puis de structurer son projet. Ce document de référence doit être réalisé dès que le projet débute afin d’en assurer la pérennité et la force. Il permet d’évaluer la faisabilité financière ainsi que la rentabilité, en plus de servir d’outil de pilotage au cours du démarrage de l’activité. Il présente le marché, le business model, les produits et services, le plan de financement ainsi que le compte de résultat provisionnel.

Rechercher des financements et développer un prototype

Une fois que vous avez votre idée de projet, il est temps d’investir. Si le montant de vos apports personnels est insuffisant, tournez-vous vers des acteurs susceptibles de vous aider à l’instar de vos proches, des banques, des institutions étatiques ou des incubateurs. Vous pouvez également recourir au prêt d’honneur sur les conseils de votre banquier pour bénéficier d’un taux 0. Si la création d’une start-up est risquée, un prototype peut être demandé en amont. L’objectif de ce dernier est de peaufiner le service ou le produit pour récolter les indicateurs clés qui encourageront les futurs investisseurs.

Les différentes formes juridiques pour une entreprise

Durant la création d’une entreprise, le choix d’une structure juridique adaptée est nécessaire pour la faire évoluer. KANDBAZ vous aide à définir le statut adéquat pour votre start-up. Les SARL, SAS et SA sont autant de formes juridiques qui permettent de rassembler plusieurs actionnaires ou associés. Elles limitent également les responsabilités de chacun d’entre eux en fonction du montant de leur apport.

La SAS : société par actions simplifiées

La création d’une SAS pluripersonnelle nécessite au moins deux actionnaires. Le montant minimum du capital social ainsi que le nombre maximum d’associés n’est pas défini. Chacun est libre de contribuer en nature, mais également en numéraire. L’attribution de droits est possible selon les catégories d’opérations.

La SARL : société à responsabilité limitée

La création d’une SARL est inadaptée à une start-up en raison de la rigidité de ce statut. Il faut au moins deux associés et ne pas être plus d’une centaine. En revanche, le montant minimum du capital social n’est pas déterminé. Il est divisé en parts sociales. De plus, envisager diverses catégories de titres pour les actionnaires n’est pas possible. Pour un projet start-up, ce point peut être problématique, car les objectifs ainsi que les profils des associés sont différents. Par ailleurs, un gérant ne pouvant être placé à la tête d’une SARL, la mise en place d’organes de gestion est impossible, car le président doit être une personne physique. Pour l’entrée et la sortie des nouveaux actionnaires, un agrément sera nécessaire.

La SA : société anonyme

La SA est le statut juridique le moins adapté pour une start-up. Le nombre minimum d’actionnaires est de deux. Le capital social doit indiquer un montant d’au moins 37 000 euros, suite à des apports en nature et numéraires. En outre, des organes de gestion sont nécessaires, mais cette opération est problématique pour une jeune pousse. Dès ses débuts, la start-up devra recourir à un commissaire au compte, ce qui est contraignant et coûteux.

La forme sociale à privilégier pour une start-up

Une start-up a constamment besoin d’adaptabilité et de flexibilité. Bien que la loi n’impose pas de forme sociale particulière, la SAS est recommandée en raison de sa souplesse. Ce régime social est l’idéal, car il permet à la jeune pousse d’adapter son fonctionnement durant les diverses étapes de sa vie. La SAS convient particulièrement à l’augmentation de capital et aux levées de fonds. Pour assurer un financement progressif de votre projet start-up, vous pouvez également penser à un capital variable à la SAS. En outre, l’entrée ainsi que la sortie de vos associés peuvent être simplifiées. Vous avancerez rapidement, car votre croissance ne sera pas freinée par un problème interne.

Avant la levée de fonds, un verrouillage de l’actionnariat peut être nécessaire selon la nature du projet que votre start-up développe. Cette action a pour but de garder le savoir-faire développé au sein de votre start-up. Grâce à la souplesse des statuts de SAS, des dispositions qui protègent le pouvoir des fondateurs sur leur société peuvent être insérées. Pour une start-up, les clauses d’agrément, de préemption ainsi que d’inaliénabilité favorisent l’entre-soi nécessaire en début de vie.

Les options de domiciliation d’une start-up

La domiciliation d’une entreprise est immanquable et la start-up n’y échappe pas. Cette organisation prompte aux changements possède un mode de fonctionnement flexible. Pour ces raisons, elle doit gagner la confiance des investisseurs. Dans ce cadre, choisir la domiciliation peut devenir crucial.

Les avantages de la domiciliation

Domicilier le siège social d’une société, c’est lui assigner une adresse postale & physique, adresse qu’elle pourra ensuite utiliser sur l’intégralité de ses documents (statuts, communication, factures…). L’adresse d’une société, c’est aussi le rapport avec ses clients, prospects et partenaires. C’est être présent au bon endroit, au bon moment.

Domicilier votre start-up possède trois avantages principaux :

  • la crédibilité vis-à-vis des investisseurs (la preuve que vous vous donnez la peine de prendre des initiatives malgré la fragilité de votre enseigne) ;
  • l’accès à des services assortis (des bureaux, le renvoi de courriers et d’appels, etc.) ;
  • l’éventualité de disposer d’un lieu accessible (pour les réunions, les échanges sur l’avancement du projet, etc.).

Les éventualités en vue d’une domiciliation

Une start-up doit renforcer sa crédibilité pour attirer les investisseurs. De ce fait, le choix de l’adresse influe sur sa réputation ainsi que sa légitimité. Le choix s’offre à vous entre :

  • Un local en nom propre

Posséder un local implique d’investir de l’argent, mais aussi des coûts fixes qu’une structure naissante a du mal à assumer. Même s’il s’agit de la solution la plus naturelle pour domicilier votre société, tenez compte du prix de l’immobilier au risque d’y investir une grande part de votre trésorerie.

  • Votre domicile personnel

Le siège social au domicile du gérant : bonne ou mauvaise idée ? Nous abordons cette question en détails dans notre fiche conseil dédiée. Si vous êtes l’un des dirigeants de votre start-up, cette dernière peut être domiciliée au sein de votre domicile personnel. Si vous êtes locataire, le contrat de location stipule normalement les activités autorisées. Il précise notamment si les lieux sont exclusivement dédiés à l’habitation ou peuvent également héberger une activité commerciale. Si c’est le cas, vous pourrez y domicilier votre entreprise, mais ne pourrez pas y exercer votre activité.

  • La domiciliation commerciale

Faire le choix de la domiciliation commerciale est un excellent choix pour une société qui démarre, permettant d’en réduire les coûts et donnant accès immédiatement au prestige d’une adresse au coeur de Paris ou dans les grandes villes de France. Domicilier son entreprise dans un centre d’affaires Kandbaz, c’est lui assurer l’accès aux adresses les plus prestigieuses et à tout un panel de services à la carte pour développer son activité.

Les formalités administratives

Créer une start-up induit certaines démarches ainsi que des formalités administratives.

Il s’agit :

  • du choix de votre statut ;
  • du choix du nom ;
  • de la détermination du siège social ;
  • de la création de l’entreprise en nom propre auprès du CFE (centre de formalités des entreprises) ;
  • de la régularisation de l’impôt sur le revenu et du prélèvement à la source.

Une fois que vous aurez demandé un dossier de création auprès du CFE, vous devrez :

  • rédiger les statuts, puis les faire signer par le gérant et les associés ;
  • envoyer cinq exemplaires au service enregistrement du centre des impôts ;
  • déposer le capital à la banque pour obtenir une attestation de dépôts de fonds ;
  • rédiger l’annonce légale à envoyer à un journal habilité joint d’un chèque de provision.

Une fois les formulaires du CFE reçus et remplis, vous devrez les retourner avec :

  • une attestation de dépôt de fonds ;
  • un extrait d’acte de naissance ;
  • une déclaration de non-condamnation du gérant ;
  • des lettres expédiées au journal d’annonces légales ;
  • un justificatif du siège social ;
  • une copie de votre carte d’identité ;
  • des statuts rédigés en trois exemplaires.

Après un délai d’attente de quelques semaines, vous pourrez recevoir l’extrait du registre du commerce vous concernant. Ensuite, votre dossier sera transmis aux organismes sociaux et fiscaux.

No votes yet.
Veuillez patienter ...

Partager cette fiche conseil


Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

Domiciliez votre entreprise maintenant.

Profitez du + large choix d'adresses partout en France pour domicilier votre entreprise

Autre articles pouvant vous intéresser

Créer une SASU, le guide complet

Vous désirez créer votre société et souhaitez tout connaître sur la Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle : découvrez notre guide complet et créez votre entreprise en toute simplicité avec Kandbaz !

...

par Romain

Qu’est-ce qu’une annonce légale ?

Dépense incontournable pour toute opération de la vie des sociétés, de la création à la liquidation en passation par la modification, l’annonce légale reste le grand vecteur d’information des tiers sur les mouvements d’une entreprise. Kandbaz vous explique comment fonctionne ce petit article, créé par Napoléon 1er.

...

par Florence

Créer une SCI, le guide complet

Vous désirez créer votre société et souhaitez tout connaître sur la Société Civile Immobilière : découvrez notre guide complet et créez votre SCI en toute simplicité avec Kandbaz !

...

par Romain